Chahinez Daoud, brûlée vive par son ex-mari. C’est la 39ième personne victime de féminicide en France en 2021.

Le crime passionnel n’existe pas !!!

Quand on aime sa femme, on ne la tue pas (par amour) !

D’ailleurs, on ne tue personne parce qu’on l’aime passionnément.

Un homme (ou une femme) qui a tué sa conjointe, sa copine, sa partenaire, a commis un féminicide.

Contraction des mots « féminin » et « homicide. »

En France, l’expression est officiellement entrée dans le vocabulaire populaire en 2014.

Le mot n’est rentré dans le petit Robert qu’en 2015 : « Meurtre d’une femme, d’une fille en raison de son sexe. Reconnaissance juridique du féminicide par plusieurs pays d’Amérique latine. ». 

Contrairement au crime passionnel, qui en France a fait jurisprudence (exemple le plus connu: le meurtre de Marie Trintignat par Bertrant Cantat ) , le code pénal Français ( comme celui de beaucoup d’autres pays) ne reconnais pas encore le féminicide.

Il serait peut-être temps que ce ce délit rentre dans le code pénal ! cela permettrait sûrement de baisser considérablement le nombre de femmes tuées par leurs maris, frères, oncles, conjoints….

Tous les meurtres de femmes ne sont pas des féminicides :  

Exemple : Un cambrioleur qui tue une caissière car elle ne veut pas lui donner sa caisse n’est pas un féminicide.

Ressources de l’OMS pour comprendre ce qu’est le féminicide.

( Sources : https://dictionnaire.lerobert.com/definition/feminicide)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *