Féminismes Gender Studies et Sororité

Le Harcèlement de Rue

27 novembre 2021

Les femmes et jeunes filles sont souvent exposées à des formes de violences liées à leur genre. Notamment au harcèlement de rue.

Les femmes en situation d’handicap physique et/ou moral, par leur vulnérabilité, le sont encore plus.

Le harcèlement est une violence fondée sur des rapports de domination et d’intimidation, qui a pour objet ou effet une dégradation des conditions de vie de la victime et un impact sur sa santé physique ou psychique.

Qu’il soit sexuel ou moral, il s’exerce dans toutes les sphères de la vie : sphère privée (dans le couple, en famille), sphère professionnelle (qu’il y ait un lien hiérarchique ou non), sphère sociale (dans la rue, etc.).

Dans la suite de cet article, je parle spécifiquement du cas français.

Qu’est-ce que le harcèlement de rue ?

En droit Français, il n’existe pas de texte définissant le harcèlement de rue. Il est très difficile de définir cette forme de violence.

Le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh) définit néanmoins, le harcèlement sexiste dans l’espace public comme étant« le fait d’imposer tout propos ou comportement, à raison du sexe, de l’orientation ou de l’identité sexuelle supposée ou réelle d’une personne, qui a pour objet ou pour effet de créer une situation intimidante, humiliante, dégradante ou offensante portant ainsi atteinte à la dignité de la personne ».

Les harceleurs souhaitent susciter l’attention des femmes ou minorités de genre en les interpellant et en les réduisant, à leur corps défendant, à des objets sexuels.

Il est préférable de rattacher la notion d’ harcèlement de rue à l’« espace public » qui, à mon sens élargi beaucoup plus le terme.

Les impacts du harcèlement de rue

Le harcèlement réduit l’estime de soi des personnes qui le subissent.

Aujourd’hui 80% des femmes déclarent avoir déjà été victimes d’harcèlement sexuel dans les lieux publics et seulement 20% d’entres elles ont été aidées par un témoin.

Le harcèlement de rue impact sur:

  1. La santé mentale et psychologique des gens qui la subissent ( anxiété, dépression, syndrome de stress post- traumatique…).
  2. La situation financière de la victime ( mobilité, démission décrochage scolaire ou absentéisme au travail, déménagement).
  3. La communauté dans laquelle vie la personne harcelée (cela peut avoir des conséquences sur sa qualité de vie et sur celle de ses proches).

Les numéros utiles

Le harcèlement n’est jamais de la faute de la victime. Si tu te sens concerné voici une liste de numéros français utiles.

Sources:

https://arretonslesviolences.gouv.fr/

https://www.standup-international.com/

RAPPORT DU GROUPE DE TRAVAIL « VERBALISATION DU HARCÈLEMENT DE RUE » du secrétaire d’état chargé de l’égalité femme homme.

=10

0
Translate »